Tout savoir pour réussir sa culture sous serre

Quel type de culture sous serre ? Comment l’entretenir ? À quelle fréquence arroser mes plantes ? Quelle température dans ma serre ? Où l’orienter ? Comment hiverner ses cultures ? Que planter selon la période ? Est-il important d’aérer sa serre pendant l’hiver ? Comment limiter le risque de maladie ? Jardiner sous serre offre la possibilité de créer un environnement de culture adapté et contrôlable, à condition de connaître quelques règles clés.

serre-de-jardin

 

Installer idéalement sa serre

L’emplacement d’une serre de jardin a un impact sur la croissance de vos plantes. Ne vous précipitez pas dans son montage et procédez par étapes pour réussir son installation. Définir l’emplacement en fonction de l’ensoleillement, préparer le terrain, créer des fondations… tout un processus complexe mais primordial pour le bien-être et la vitalité de vos cultures.

Si vous souhaitez découvrir toutes les étapes pour trouver l’emplacement parfait, n’hésitez pas à consulter notre article spécialisé sur le sujet « comment installer correctement une serre de jardin ? ».

 

Créer un environnement de culture sous serre sain

Une température constante

Une serre de jardin permet avant tout de protéger vos plantes contre les changements climatiques en gardant une température de culture optimale. Si celle-ci est trop élevée ou basse, cela peut ralentir la croissance et impacter la culture sous serre.

Même un soleil hivernal peut faire grimper la température dans un espace fermé et provoquer des désagréments. C’est pourquoi, il est important de maîtriser la température en limitant les variations soudaines.

 

Remarque : la température de culture idéale est comprise entre 15°C et 24°C. En dessous, vos plantes souffrent de stress et leur développement s’arrête. À partir de 28°C, la croissance ralentit et la photosynthèse s’interrompt.

 

Certaines solutions artificielles et « naturelles » existent pour réguler la température de votre serre de jardin. Pour les plantes qui ont besoin d’une forte chaleur, vous avez la possibilité d’utiliser un chauffage pour culture adapté à une utilisation sous serre. Pour des moyens « naturels », il est conseillé de :

  • Ouvrir porte, fenêtre et bâche pour maintenir une température de culture idéale.
  • Tamiser les rayons du soleil grâce à un filet d’ombrage afin de réduire la température et de limiter l’impact des rayons du soleil.
  • Isoler sa serre en disposant du plastique à bulle à l’intérieur.
  • Anticiper la météo grâce à une station météo pour prévenir les chutes brutales de température.

 

Une aération optimale

aérer-sa-serre-de-jardinQuelle que soit la saison, l’aération de votre serre est essentielle pour la santé de vos plantes. Renouveler l’oxygène lorsque l’on cultive sous serre permet de limiter le développement des maladies, des infections ou de la mousse.

Au quotidien, nous vous conseillons d’ouvrir la porte, les fenêtres ou de soulever la bâche. Si votre serre ne possède pas de fenêtre, il existe la possibilité d’ajouter une ouverture automatique pour lucarne sur son toit. Bien que cette solution ne concerne que les serres polycarbonate, elle permet de créer un courant d’air, passant de la fenêtre à la porte, traversant ainsi l’intérieur de la serre.

 

Pour les serres tunnel, si vous n’avez pas la capacité de pouvoir aérer vos parois latérales, vous pouvez opter pour un kit d’aération latérale. Cette solution s’installe facilement sur votre bâche de serre et permet de ventiler continuellement l’air ambiant.

Si malgré toutes les solutions présentées des problèmes d’aérations persistent, nous vous conseillons d’ajouter une aération forcée par le biais d’un ventilateur pour serre.

 

Un maximum de luminosité

La majorité des plantes ont besoin de lumière pour leur croissance. Ainsi, pour les serres de jardin ombragées, il est recommandé d’utiliser des lumières artificielles. Bien qu’elles ne remplacent pas la lumière naturelle du soleil, elles sont un bon substitut.

Il arrive néanmoins que les cultures sous serre soient trop exposées au soleil, avec une luminosité trop intense pour leur bon développement. Pour y remédier, il est possible d’adoucir les rayons grâce à un filet d’ombrage. Il permettra à vos plantes d’être protégées des rayons solaires néfastes tels que les rayons ultraviolets.

 

Un arrosage régulier

Pour assurer le bon développement de vos plantes, il est important de maintenir un certain taux d’humidité à l’intérieur de votre serre. Paramètre plus compliqué qu’il n’y paraît puisque vos cultures n’auront pas accès à l’eau de pluie ou à la rosée du matin. C’est donc au jardinier.ère d’assurer l’arrosage. Néanmoins, c’est un avantage puisque la culture sous serre permet de facilement contrôler la consommation d’eau selon les besoins de chaque plante.

 

Remarque : pensez à adapter votre fréquence d’arrosage en fonction de la saison. Ne vous conseillons de ne pas trop arroser vos plantes en hiver en réduisant la quantité d’eau par rapport à celle donnée en été.

 

Pour cela, en fonction des besoins de vos cultures, deux solutions s’offrent à vous :

  • Si vous privilégiez un arrosage automatique, vous pouvez opter pour un arrosage goutte à goutte qui délivre la quantité d’eau adéquate à chaque pied.
  • Pour un arrosage manuel, vous pouvez aussi bien le pratiquer à l’arrosoir qu’au tuyau d’arrosage.

Si vous souhaitez connaître toutes les possibilités d’arrosage, nous vous invitons à consulter notre article « Comment bien choisir son matériel d’arrosage ? » afin de découvrir nos conseils pour arroser efficacement.

 

Un espace optimisé

cultiver-sous-serre-rangementUne serre de jardin non organisée devient vite trop petite. N’hésitez pas à aménager votre espace en fonction de votre modèle de serre et de vos besoins.

Si vous souhaitez maximiser l’espace de culture sous serre, installez une table et des étagères de serre pour vous aider dans la préparation de vos semis, entreposer vos pots ou installer des petites cultures en hauteur. Pour faciliter vos déplacements, n’hésitez pas à créer une allée centrale avec un chemin potager qui vous évitera de marcher sur vos cultures et de tasser la terre.

 

 

 

Favoriser la croissance

Connaître la nature du sol

C’est l’élément qui va influencer le développement de vos plantes. Selon ses besoins, chaque végétal va puiser au sol des éléments nutritifs qui lui seront indispensables pour sa croissance. Et chaque sol possède différents nutriments qui impacteront sur le développement de vos cultures. Connaître votre type de sol est donc indispensable pour la culture sous serre et ainsi vous organisez en conséquence.

sol-argileux

SOL ARGILEUX

D’un aspect compact, lourd lorsqu’il est mouillé et crevassé quand il est sec, ce type de sol est difficile à travailler. Bien qu’il retienne l’humidité, il est pauvre en éléments nutritifs nécessaires au bon développement de vos plantes. De plus, sa forme trop compacte empêche un enracinement correct et se réchauffe lentement. Ainsi, il est conseillé de créer en permanence une couche organique sur votre sol avec du paillis, des restes de culture ou de l’engrais.

sol-sableux

SOL SABLEUX

Granulé au toucher, c’est un sol facile à travailler qui se réchauffe et se draine facilement. Néanmoins, sa forme ne retient ni l’eau ni les nutriments. Pour cela, semez régulièrement des engrais verts et amendez votre sol.

sol-calcaire

SOL CALCAIRE

Compact, léger et caillouteux, le sol calcaire est reconnaissable par sa couleur claire. De nature spongieux qui se réchauffe facilement, il est aussi boueux lorsqu’il pleut et peut bloquer certains éléments fertilisants. Pour contrer ça, nous vous recommandons d’apporter de la matière organique (paillis, engrais vert…) et d’amender.

sol-humifere

SOL HUMIFÈRE

Facilement reconnaissable par sa couleur sombre, c’est un sol léger et poreux. Ainsi, il est facile à travailler, à réchauffer et à fertiliser. Néanmoins, il est assez acide et peut limiter la croissance de certains végétaux. Afin d’atténuer cela, favorisez les engrais naturels riches en chaux.

 

Enrichir la terre avec de l’engrais

Idéale pour maintenir une bonne fertilité du sol, c’est la solution efficace et rapide à mettre en place. À disposer deux mois avant vos semis, deux choix d’engrais s’offrent à vous :

  • Engrais chimiques : constitués essentiellement de trois nutriments (azote, phosphore et potasse), ils se répartissent en deux catégories, engrais universel ou spécialisé. Les engrais universels s’adaptent à chaque plante. Quant aux engrais spécialisés, ils sont composés des éléments nutritifs essentiels à une plante et sont ainsi plus efficaces puisque leur action est ciblée en fonction de ses besoins.
  • Engrais biologiques : fabriqués à partir de procédés naturels, ils sont assimilés en partie par la plante et par les insectes présents dans le sol. Ces derniers, restitueront par la suite des minéraux aux plantes.

 

… Sous différents formats :

  • Engrais liquide : une fois mélangé avec de l’eau, il se diffuse en quelques jours pour rapidement stimuler la croissance des plantes.
  • Engrais solide : sous forme de poudre, de billes, de bâtonnets ou de granulés, il se diffuse lentement et progressivement dans le sol.

 

Ajouter du compost

Composé de déchets d’origine végétale et/ou animale, le compost est un amendement organique qu’il est facile de fabriquer soi-même et à domicile. La technique la plus simple étant de placer directement le compost sur le sol afin de former un tas d’une hauteur minimale de 0,50 mètre. Pour ceux qui souhaitent couvrir leur compost, vous avez la possibilité d’organiser votre compostage en bac dans des composteurs et bacs à compost.

Le compost permet d’apporter facilement et rapidement des éléments nutritifs à votre sol. C’est la solution écologique et économique pour l’enrichir de manière durable. Ainsi, jardiner avec du compost peut se révéler d’une aide précieuse.

Une fois créé, il est nécessaire d’entretenir régulièrement son compost. Pour cela, nous vous conseillons de consulter notre article « le compostage facile : recyclez facilement vos déchets ».

 

S’adonner à la permaculture

En agriculture, le concept de permaculture signifie cultiver la nature. L’objectif est de jardiner en fonction de l’écosystème qui nous entoure, en respectant les rythmes et les besoins de chaque plante.

La clé est l’observation. Comment poussent vos plantes ? Où se situe le soleil dans votre serre ? Y a-t-il des insectes qui y vivent ? Et si oui, lesquels ? Vous pouvez vous questionner sur les ressources dont vous disposez, sur le temps et le budget que vous souhaitez consacrer au jardinage… Cultiver sous serre demande beaucoup de travail, la permaculture permet de définir sa propre méthode et organisation en fonction de vos besoins et envies.

Dans la globalité, imaginez votre futur projet : quelles plantes souhaitez-vous planter ? En fonction de la nature de celles-ci, où les placer dans votre serre de jardin ? N’hésitez pas à créer des parcelles si besoin ou à vous organiser en hauteur. Le seul point à ne pas négliger pour une permaculture réussie, c’est l’entretien de son sol. Ici, nul besoin de le bêcher mais paillez vos sols afin d’éviter la création et la prolifération de plantes non choisies, comme des mauvaises herbes non bénéfiques au développement de vos plantes. Pour cela, gardez toujours votre sol couvert grâce à des couches de compost, copeaux de bois ou paillis végétal.

 

Favoriser la pollinisation

La pollinisation consiste à mettre en contact le pollen avec la plante afin que celle-ci devienne fertile. C’est la première étape essentielle au développement.

Bien que les plantes soient autonomes dans ce processus, il existe des solutions pour favoriser la pollinisation. L’objectif est d’attirer les insectes butineurs vers des fleurs afin qu’ils prennent le pollen pour le déposer sur les feuilles de vos cultures. Pour cela, il est recommandé de planter des fleurs non loin de sa serre et d’éliminer les traitements par pesticide.

 

Pratiquer la rotation des cultures

Il s’agit ici d’éviter l’épuisement du sol. En effet, chaque plante tire de la terre des éléments nutritifs, nécessaires à leur développement. En fonction de leur nature, les nutriments dont elles auront besoin diffèrent. Ainsi planter le même type de végétal au même endroit d’année en année va appauvrir le sol en nutriments, atténuant le développement de vos plants.

 

Pour cela, il est recommandé de pratiquer la rotation des cultures en les différenciant selon plusieurs catégories :

  • Première catégorie : les légumes-fruits (tomate, concombre, aubergine, courgette, avocat, citrouille).
  • Deuxième catégorie : les légumes-feuilles (laitue, épinard, chou, endive, ciboulette, asperge).
  • Troisième catégorie : les légumes-racines (carotte, radis, betterave, céleri-rave, pomme de terre).
  • Quatrième catégorie : les légumes-grains (haricot, petit pois, maïs, fève, lentille).

 

Ces catégories permettront ensuite de diviser votre serre de jardin en zone, une pour chaque catégorie. Sur un cycle de quatre ans et pour chaque nouvelle année, il suffit d’effectuer une rotation en fonction des zones, comme indiqué sur le schéma ci-dessous.

 

schéma-explicatif-rotation-des-cultures

Pour une culture sous serre optimale, nous vous conseillons de semer tous les quatre ans un engrais vert afin de préparer les prochains cycles. Celui-ci apportera les éléments nutritifs essentiels à la croissance des plants et évitera ainsi les éventuelles carences du sol.

 

Associer des plantes compagnes et amies

Suite à plusieurs années d’observations comportementales des plantes, nous avons constaté que planter certains légumes ensemble favoriserait leur croissance. En effet, des catégories de végétaux spécifiques associées à d’autres apportent une protection supplémentaire :

  • Poireau : céleri et carotte.
  • Chou : betterave, concombre, épinard, pomme de terre, laitue et romarin. À éloigner des fraisiers et tomates.
  • Épinard : radis, pois, fraisier et aubergine.
  • Asperge : à cultiver de préférence seul.
  • Légumes-feuilles : pas de préconisations.
  • Légumes aromatiques : éviter de les cultiver ensemble à cause de leur forte présence olfactive.

 

Entretenir sa serre en fonction des saisons

Bien utiliser sa serre passe par un entretien régulier. Pour pour des plantes en bonne santé, il faut avant tout un espace de jardinage sain. En effet, une serre de jardin mal entretenue augmente les risques de maladies et d’infections des plantes. Pour cela, il est conseillé de s’organiser en fonction des saisons, pour créer un rythme d’entretien en adéquation avec le processus de développement de vos cultures.

serre-de-jardin-printemps

PENDANT LE PRINTEMPS

C’est le moment de faire un grand vide de printemps afin de faire de la place pour les semis et futurs plants. Pour cela, triez, nettoyez, rangez et organisez votre serre de jardin. Préparez la terre en supprimant les mauvaises herbes. Si ce n’est pas déjà fait, prévoyez un système d’arrosage adéquat à vos cultures et leurs besoins. Pour préparer vos outils pour les beaux jours, nous vous conseillons de les enduire d’une couche protectrice d’huile de lin.

serre-de-jardin-ete

AU DÉBUT DE L’ÉTÉ

Avant les grosses chaleurs de l’été, c’est l’occasion de protéger vos plantes sensibles au soleil. Apportez-leur un peu d’ombre grâce à un filet d’ombrage. Et, durant toute la saison, n’oubliez d’aérer et d’humidifier régulièrement l’intérieur de votre serre pour maintenir une température adéquate et éviter les maladies.

serre-de-jardin-automne

DÈS L’AUTOMNE

C’est la saison pour faire le grand nettoyage. Pour les serres en polycarbonate ou en verre, nettoyez les vitres avec de l’eau savonneuse. Pour les serres tunnel, vérifiez que la bâche est intacte et nettoyez-la si besoin. Assurez-vous que votre serre est prête pour la saison froide : regardez si les joints et les parois sont en bons états pour éviter les déperditions de chaleur, installez un chauffage pour culture et posez un film plastique à bulles isolant sur les parois. L’automne étant la saison des insectes, nous vous conseillons d’utiliser un filet anti-insecte pour protéger vos plantes des nuisibles.

serre-de-jardin-hiver

À L’APPROCHE DE L’HIVER

Préparez-vous à la chute des températures et aux journées moins ensoleillées. Pour cela, retirez le filet d’ombrage afin de garantir un maximum de luminosité à vos plantes. Même s’il fait frais, aérez dès que possible et de préférence le matin afin de renouveler l’air ambiant. De plus, privilégiez un arrosage manuel non automatique, pour éviter à votre système d’arrosage de s’abîmer pendant l’hiver. S’il neige, enlevez régulièrement la neige de votre toit pour éviter tout risque d’effondrement.

 


 

La culture sous serre c’est plus que faire pousser des plantes, c’est avant tout un état d’esprit qui demande une certaine organisation. Sans un entretien régulier et sans une attention particulière portée à vos cultures, vous ne profitez pas au maximum de votre petit coin de verdure. S’il y a trois conseils à résumer, ce sera de :

  • Ne pas négliger sa serre de jardin : installation, aménagement, entretien…
  • Prendre le temps de jardiner afin de respecter les conditions de croissance de vos plantes.
  • Créer un environnement qui respecte la végétation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur le site, vous donnez votre consentement pour le dépôt des cookies visant à assurer les fonctionnalités du site, personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site, opérer le partage des réseaux sociaux, effectuer des mesures d’audience et vous proposer des offres adaptées. Paramétrer vos cookiesOk, j'accepte