Comment créer un potager en permaculture ?

Vous cherchez un nouveau système d’agriculture écologique pour cultiver votre potager ? La permaculture est la solution idéale. Pour débutant ou expérimenté, ce système très pratique permet d'obtenir des récoltes qui s'auto-régénèrent. En plus de vous économiser du temps et de l'énergie, vous réalisez des économies ! Voici nos conseils et astuces pour aménager votre jardin en permaculture et profiter de vos récoltes toute l'année ...

AU SOMMAIRE :

 

Cultiver en permaculture sous serre

1. QU’EST-CE QUE LA PERMACULTURE ?

Le mot « permaculture » signifie « agriculture permanente ». Ce concept a été inventé en 1970 par deux Australiens : Bill Mollison et David Holmgren.

La permaculture a pour principe de s’inspirer de la nature pour faire ses cultures. C’est une conception éthique et design qui s’appuie sur l’environnement ainsi que son fonctionnement.
La permaculture vise donc à créer des écosystèmes qui respectent la biodiversité, sans utiliser d’engrais.

 

Découvrir notre gamme d’engrais bio

Engrais coup de fouet

Engrais Coup de Fouet à base de Guano, pour une croissance rapide des vos plantes.

9,90€

Voir le produit

C’est une solution très intéressante pour faire de son lieu de vie un écosystème harmonieux, productif et autonome, qui se régénère naturellement tout en respectant la faune et la flore.

Le therme regroupe des techniques d’aménagement, de design et de culture ancestraux ainsi que novateurs. La permaculture cherche à optimiser les surfaces, c’est une technique idéale pour ceux qui souhaitent devenir autosuffisant et produire eux-mêmes leur nourriture.

Ce concept s’inspire du modèle d’agriculture naturelle de Masanobu Fukuoka. Cet agriculteur japonais est connu pour son engagement en faveur des méthodes d’agriculture dites naturelles.

La permaculture s’utilise de plus en plus, puisqu’elle prend en compte le respect de l’humain et de l’écologie. Le but est d’obtenir une société moins dépendante de l’industrie de production.

Créer son jardin en permaculture possède plusieurs avantages. En plus de répondre à vos propres besoins, vous améliorez l’environnement. En effet, la variété des espèces cultivées leur permet d’interagir entre elles, d’enrichir la terre et par conséquent de développer la biodiversité.

Avec un potager en permaculture, vous produisez vous-même vos fruits et légumes ou faites pousser vos herbes aromatiques et plantes médicinales !

C’est une très bonne idée pour aménager à sa manière un espace de vie relaxant et ludique, à condition de suivre une méthodologie de design appropriée.

 

2. ÉTHIQUE DE LA PERMACULTURE

Trois piliers éthiques fondamentaux constituent la permaculture. Ils consistent à :

  • Prendre soin du sol, de la terre et de la nature
  • Prendre soin de soi, des autres et des générations futures
  • Créer et partager de manière égale, en limitant la consommation

 

3. LES PRINCIPES DE LA PERMACULTURE

Les principes qui suivent sont nécessaires à la permaculture pour régénérer les écosystèmes naturels.

LE DESIGN

Ces principes sont essentiels au processus durable de la vie. Ils sont basés sur l’écologie, l’eau, l’énergie et le sol.

LES PRINCIPES STRATÉGIQUES

Ils minimisent l’impact négatif sur la nature et assurent que les ressources sont bien utilisées.

PRINCIPES COMPORTEMENTAUX

Ils permettent d’élargir les perspectives d’analyse et de design ainsi que leur mise en place.

 

4. LA PERMACULTURE POUR AMÉLIORER SES RENDEMENTS

La permaculture permet de cultiver des variétés de végétaux au même endroit. Ainsi, faire pousser des oignons à côté de tomates est tout à fait possible. Cela permet de réaliser des économies d’énergie, d’enrichir la terre et d’améliorer la croissance des cultures.

Car comme tout être vivant, les plantes partagent des informations et des nutriments. Chaque espèce ayant ses spécificités, plus les plantes seront nombreuses à pousser sur le même terrain et plus le sol sera riche. Les verres de terre sont aussi très bénéfiques pour mélanger les éléments entre eux.

En choisissant la permaculture, vous n’aurez plus besoin de labourer votre sol. Le recouvrir de paille suffit à le protéger et à le garder humide.

Astuces : certains légumes se complètent et peuvent être plantés au même endroit. Par exemple, en plaçant des pieds de tomates à côté de radis, ces derniers bénéficient d’ombre pour se développer.

Conseils : pour obtenir des récoltes florissantes, laissez les plantes se ressemer naturellement …

 

 

5. QUELQUES CONSEILS POUR FAIRE UN JARDIN EN PERMACULTURE

Commencez par observer et analyser votre terrain. Cela permettra de placer et d’intégrer correctement vos semis, plants ou pieds de plantes.

Les végétaux étant en interconnexions permanentes, il est nécessaire de les disposer stratégiquement afin qu’ils développent des interactions saines et harmonieuses.

En diversifiant votre écosystème, vous augmentez le nombre d’interactions entre les êtres vivants et rendez votre potager plus résistant. C’est très productif pour augmenter le rendement des cultures.

 

Découvrir tous nos accessoires pour semis

Plateau de godets en tourbe

Plateau de godets en tourbe biodégradable

6,50€

Voir le produit

L’utilisation de l’eau et du soleil sont très importants en permaculture. C’est pourquoi il est intéressant de connaître votre environnement et les éléments naturels qui le composent : types de sols, cycle de l’eau, cycle solaire, microclimat, orientation du vent ou même la faune et la flore qui y vivent.

La permaculture c’est chercher à imiter la nature en se connectant avec le monde environnement.
Par exemple, en reproduisant une forêt comestible, celle-ci se régénère naturellement grâce à ses propres graines, fruits et fleurs. Il est donc plus simple d’obtenir des récoltes de qualité sans entretien particulier.

Le système de permaculture est donc très pratique. Un poulailler par exemple, peut être très bénéfique et remplir plusieurs fonctions : les poules nettoient le sol, le fertilise et mangent les insectes nuisibles.

Utiliser votre compost permettra aussi de fertiliser le sol.

  • Réaliser un Zoning

Pour économiser de l’énergie et des déplacements, il est nécessaire d’organiser le jardin par zones. Cela permet d’être plus efficace et de moins gaspiller.

En définissant et en cartographiant des zones d’activités, vous économisez du temps et rendez le travail plus facile.

Le zonage en permaculture se compose en cinq zones, classées de la plus éloignée à la plus proche de votre lieu d’activité :

ZONE 0

Lieu d’habitation ou zone d’entreprise.

ZONE 1

C’est la zone la plus fréquentée où l’activité humaine et les visites sont très présentes. C’est la plus proche de votre habitat, de votre potager ou serre.

ZONE 2

Lieu d’emplacement pour les cultures et arbres fruitiers ayant besoin d’un arrosage régulier. C’est aussi ici que se trouve les petits animaux (poulailler, clapier pour lapin …)

ZONE 3

Espace dédié aux animaux de grande taille (chevaux, ânes …) et aux cultures des céréales.

ZONE 4

Cette zone demande peu d’interventions, c’est un espace de pâturage.

ZONE 5

C’est la plus sauvage et éloignée de votre maison. Cette zone ne nécessite aucune intervention de votre part et se caractérise souvent par des forêts ou des marais.

Les zones de la permaculture

 

6. ASTUCES POUR CULTIVER SOUS SERRE EN PERMACULTURE

Tout d’abord, placer les éléments ayant besoin d’entretien et d’arrosage quotidien au plus proche de votre habitat.

 

  • Le mulching

Cette étape consiste à pailler le sol pour qu’il soit toujours couvert. Le mulch peut être composé de paille, de brindille, d’herbe de tonte, de feuille, de déchets de cuisine ou de carton. Lorsqu’il se décompose, ce paillage apporte les nutriments et matière organique nécessaires au sol.
En plus d’être très utile pour garder l’humidité au sol, cette technique empêche les herbes indésirables de pousser.

Le bois raméal fragmenté peut aussi être utilisé pour couvrir la surface du sol. Ce sont des déchets de taille d’arbuste, qui ont été broyés en petits morceaux. Le BFR permet de garder l’humidité dans le sol et nourrit la terre pour la rendre plus fertile.
Une couche de 3 à 5 centimètres d’épaisseur suffit à empêcher les mauvaises herbes de pousser.

Avec la permaculture, vous n’avez plus besoin de retourner et de bécher la terre. En revanche, vous pouvez l’aérer jusqu’à 15 centimètres de profondeur.
Les plantes hautes peuvent être placées au centre, ce qui permettra de faire de l’ombre à celles plus petites.

 

  • Créer des buttes de culture

Les buttes permettent d’augmenter la surface de culture sans encombrer le terrain. Ainsi, les plantes poussent sur plusieurs niveaux selon l’ensoleillement et la chaleur dont elles ont besoin.

 

  • Économiser l’eau

L’apport en eau doit être juste et suffisant pour chaque plante.

Pour réaliser des économies, collectez l’eau de pluie dans des contenants. C’est très utile pour arroser vos cultures et disposer d’eau à des endroits stratégiques.

En plus d’être pratique, ces points d’eau sont agréables et attirent les oiseaux qui effraient les insectes indésirables.

Pour des solutions plus concrètes, il existe plusieurs systèmes pour récupérer les eaux de pluies :

– En installant un récupérateur d’eau dans votre jardin, vous limitez vos déplacements et économisez de l’argent.

→ Découvrez comment bien choisir votre récupérateur d’eau de pluie ?

Voir nos récupérateurs d’eau de pluie

 

Autre solution : en choisissant l’arrosage en goutte à goutte, il est plus facile de gérer le débit d’eau et d’apporter la quantité d’eau nécessaire à vos végétaux.

Pour en savoir plus : arrosage goutte à goutte, pieds goutteurs – IRISO

  • Chauffer la serre

Pour conserver vos cultures à l’abri des intempéries ou pendant les périodes froides, utilisez des sources d’énergie naturelles en adéquation avec la permaculture.

Par exemple, intégrer un mur en paille à votre serre est une bonne solution pour l’isoler et protéger vos plantes.

Ajouter plusieurs couches de matières végétales ou animales au sol permet de garder vos plantes au chaud. Cela leur apporte les nutriments et de l’humidité nécessaires à leur croissance.

Placer des points d’eau sous la serre est très utile pour contenir la chaleur en journée et réchauffer la serre le soir venu. Cette eau peut être récupérée du toit grâce à des systèmes de collecte d’eau.

Si vous envisagez d’élever des poules, n’hésitez plus ! En construisant un poulailler à côté de votre serre, celle-ci est plus vite réchauffer. En effet, la chaleur générée par les poules réchauffe l’intérieur de la serre. Veillez toutefois à ce que des ouvertures permettent cet échange entre les deux structures.

 

Quelques modèles de serres qui pourraient vous intéresser :

Voir aussi : Comment choisir une serre de jardin ?

 

7. CULTIVER SOUS SERRE TUNNEL EN PERMACULTURE

1 – Pour bien aménager votre serre tunnel en permaculture, il faut d’abord créer une butte au milieu de la serre en creusant deux petites tranchées de chaque côté (de la butte).

2 – Pour enrichir et fertiliser le sol sous la serre tunnel, placez-y des planches en bois (ayant déjà servi) au-dessus des tranchées. Recouvrez-les ensuite avec de la paille, de la terre et du terreau. Avec le temps, cette préparation va se décomposer et nourrir le sol de la serre.

3 – Par principe en permaculture, le sol ne doit jamais être nu. Il faut donc recouvrir le sommet de la butte précédemment créée, avec du paillis végétal (paillis de coco, d’écorce de pin …) ou minéral (sable, pot en terre, brique …). Ainsi, le paillage permet de garder l’humidité au sol et de l’enrichir.

 

 


 

Maintenant que vous en savez un peu plus sur le sujet de la permaculture, découvrez nos articles : Comment faire pour jardiner avec la lune et tout savoir pour réussir sa culture sous serre.

Pour plus de renseignements, notre équipe répond à vos questions dans la partie commentaire !

Les produits vus dans l'article

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *